tetiaran'ny taranak'i Justin RAZAKA




 

 

 

 

 

 

Rodin (Joujou)

Rehefa maty aho


Raha ho avy, Ralala, ny taona hodiako
Ao ambanin'ny tany tsindrian-drangolahy,
Ka ny vato no solo kidoro hatoriako
Izao re ny zavatra ataonao ho ahy,
Voleo voninkazo eo ambonin'ny fasako,
Fotsy sy mavo ary manga sy mena,
Aleo haniry eo mandram-pifohako,
Mba hanofisako ilay fanekena.
Ny fotsy fahadiovana,
Misy aminao tsy mba azo lotoina,
Toy ny orim-bato izay nifanaovana,
Soratra velona tsy azo vonoina,
Ny endriny mavo, ny fofony manitra,
Dia fivavahana ataoko any an-danitra,
Mba hitsinjovany anao tsy ho irery,
Ombàny raha sendra tsy misy mpijery,
Dia ny manga no marikin'ny fihafiana
Niaraha-niharitra ny zava-mangidy
Dia ny andro namoizana ilay fifaliana
Niaraha-niaritra zava-tsy fidiny,
Ny mena ho taratrin'ny afo tsy maty
Mirehitra lava ao anatin' ny foko,
io ilay fitia, fitia tena anaty,
Fitia voakasé sy voatomboka loko.
Ny fasako ataovy eo andrefan-tanàna
Ka ataovy mikasika ny ilan-kamory,
Ka soraty eo ny tenin'ny fanantenana:
"Tsy maty aho akory fa mbola matory".
Toy ny moron'ny rano voleo volotara
Ka jerijereo aza avela ho maina,
Tarafo eo aho ho tsinjinao tsara,
Fa tsy miala eo aho raha tsy efa maraina.
Na dia ny maty aza ny tenako be,
Ka hiraraka an-tany ny rà ao am-poko,
Ny fitiavako anao ka mimpetraka anie,
Tsy mba ho maty ary tsy mba ho lo.

Lorsque sonnera l'heure de ma mort


Quand viendra, Ralala, le jour où je m′en irai
sous terre, parmi les pierres,
Et que la pierre sera le matelas de mes sommeils,
Voici ce que je voudrais bien que tu fasses pour moi,
Plante des fleurs sur ma tombe,
Blanches et jaunes et bleues et rouges,
Laisse-les pousser là jusqu′à mon réveil,
Pour que je puisse rêver à notre pacte,
Le blanc, incarnant l'immaculé en toi,
Souillé, ne doit pas l'être,
Tel la stèle que nous avons érigée ensemble,
C'est une écriture vivante qui ne doit pas être effacée,
Son aspect jaune, sa fragrance exquise,
Une prière que je ferai là-haut,
Pour veiller à ce que tu ne sois pas seul(e),
Que tu sois protégé(e), si personne ne veille sur toi,
Le bleu comme marque de nos privations,
Quand nous endurions ensemble l′âcre et l'amer,
Le jour où nous ne chantions plus la joie,
Endurant des choses ensemble contre notre gré,
Le rouge comme marque du feu non éteint,
Toujours allumé dans mon coeur,
C'est l'amour, l'amour du fond de mon être,
Amour bien cacheté et estampillé en couleur,
Mon tombeau, bâtis-le à l'ouest du village,
Fais-le, le long du petit lac,
Inscris dessus les mots de l'espoir
"Je ne suis pas mort, je dors encore".
Comme au bord de l'eau, fais-y pousser des roseaux,
Prends-en soin, ne les laisse pas se déssécher,
Cherches-y mon reflet, pour que tu voies bien,
Que je ne m'en irai de là que lorsqu'il fera jour,
Même s'il est mort ce vieux corps qu'est le mien,
Et que, par terre, se versera le sang de mon coeur,
Mon amour pour toi, il est bien là,
il ne sera ni mort ni dépéri.

Traduction libre de Rodin (Joujou).

     
     
Page précédente   Première page-->